Ce site est mis à disposition des prêtres, des animateurs, des équipes liturgiques des organistes, qui cherchent à mettre en place des messes en breton.

 

On pourra y trouver les éléments constituant la structure d'une célébration eucharistique.

 

Il est loin d'être complet. Il sera complété au fur et à mesure des apports réalisés par ceux qui voudront bien y collaborer.

 

 

Il peut contenir des erreurs ou des imprécisions.

Merci de les signaler.

 


 

Quelques règles d'écriture adoptées sur ce site.

 

 

L'écriture bretonne choisie pour ce site se veut vannetaise, tout en étant la plus proche possible du breton enseigné dans les écoles, le breton unifié.

Elle correspond à l'écriture utilisée dans la revue "Doéréioù" revue bilingue, breton vannetais-français.


Pour les locuteurs vannetais, voici quelques clés pour comprendre l'écriture et la phonétique.

 

Les pluriels sont écrits en "où".

Ils se prononcent en vannetais "eùw". Exemple "tadoù" (pères) se prononce "tadeuw".

 

Si la terminaison "zh" est adoptée, la prononciation reste vannetaise ; le "z" est oublié. Exemple, "madelezh" (bonté) se prononce "madelerh".

 

La particule verbale "a" se prononce comme un "e" muet. Exemple, "Mari a gar hé mamm" (Marie aime sa mère) se prononce "Mari e gar hé mamm".

 

L'article défini s'écrit "ar, an ou al" mais se prononce "er, en , el" en vannetais. Exemple "an Tad hag ar Mab hag ar Spered Santél"(le Père, le Fils et le Saint Esprit) se prononce "en Tad hag er Mab hag er Spered santél".

 

L'adjectif possessif "on, or" (notre, nos) s'écrit ainsi mais se prononce "un, ur" et s'écrivait autrefois "hun, hur".

 

 

 

Nous avons aussi écrit "Aotrou" (Seigneur) alors que nous continuons à prononcer traditionnellement "Eutru".

 

Les 2 mots "Doué" et "douar" se prononce à la vannetaise, en diphtongue, c'est à dire en une seule syllabe (et non en hiatus, avec 2 syllabes - dou-é, dou-ar -  comme dans le reste de la Bretagne).